Quand j’ai commencé à m’aimer

IMG_6228_Facetune_06.11.2017-11_08_24Photo : David Wyss / Wyssisoart Photographie

Bonjour tout le monde !
J’espère que vous allez bien et que vous avez passé un bon weekend.

Aujourd’hui petit article très spécial car j’ai décidé de vous parler de l’estime de soi, et je crois que cet article tombe à pic car le 23 novembre, j’ai fêté mes 2 ans de sleeve.

Je crois que l’estime de soi est avant tout quelque chose de profond propre à chacun et j’envie les personnes qui s’aiment REELLEMENT (et non celles qui font croire que…).
Aussi loin que je me souvienne, je ne me suis jamais aimée, à l’âge de 4 ans j’ai vu un psychologue (car je faisais encore pipi au lit #scoop) et je me souviens lui avoir dit que je ne me trouvais pas belle. Alors qu’à cet âge j’étais à croquer, je ne saurais pas expliquer d’où me venait cette idée, mais c’était comme ça.
Peut-être que des éléments autour de moi ont influé sur mes jugements, mon auto-critique, mon dénigrement, sans que je ne m’en rende compte.

Toute ma vie a été un combat contre moi-même, mon physique que je trouvais vraiment moche et la prise de poids de ces dernières années n’a pas franchement aidé.
Et il y a 2 ans, j’ai vraiment compris qu’il fallait que cela cesse, que je me faisais beaucoup de mal toute seule finalement. Alors certes j’ai essayé diverses solutions : nutritionniste, régimes, mais j’ai enchaîné les échecs qui par ricochet, ont aggravé mon manque de confiance en moi et mon dégoût de moi-même.

J’ai pris la décision la plus importante de ma vie, et d’ailleurs celle qui m’a sauvé la vie : je me suis faite opérer d’une sleeve. Et très honnêtement, si c’était à refaire, je le referais les yeux fermés et bien avant, mais il faut le déclic, il faut que la décision vienne de soi.
Et quand je vois aujourd’hui celle que j’étais et celle que je suis devenue, je peux enfin me regarder dans le miroir et dire : « je suis belle », cette phrase que je n’aurais jamais pensé dire un jour, en la pensant SINCEREMENT. Et quand je fais le bilan, les chiffres me paraissent dingues : -39kilos !! Je ne pensais pas perdre autant.

Cette opération m’a tellement aidée avec ce fardeau que je traînais depuis mon plus jeune âge. Alors certes je ne m’aime pas à 100% : j’ai encore un peu de ventre, de la cellulite et des cicatrices sur le ventre (je les adore) MAIS quand je vois d’où je viens et tout le bien que cela m’a fait psychologiquement…..

Vous l’aurez bien compris, pour commencer le cheminement d’acceptation de soi, il faut commencer par ôter ses œillères et accepter la vérité, dans mon cas j’ai accepté le fait que OUI, j’étais obèse.
A partir de cela, il faut étudier les solutions qui s’offrent à nous et ne pas hésiter à accepter l’aide que l’on nous propose, il n’y a aucune honte à en demander, vraiment !
Il faut arrêter de subir et agir, il y a toujours des solutions et bien intégrer que OUI nous aussi on mérite tout autant que les autres d’être en harmonie avec nous-mêmes.

Je ne dis pas que c’est simple, c’est dur et long et je le sais très bien, mais je dis juste qu’il faut : analyser l’origine de notre mal-être, étudier les solutions qui peuvent nous aider, agir et ne jamais baisser les bras, croire en soi et se répéter « je le mérite et j’en suis capable ».

C’est ce que j’ai fait, et le résultat parle de lui-même :

IMG_3505

IMG_6267_Facetune_06.11.2017-15_54_17Photos : David Wyss / Wyssisoart Photographie

Souriez à la vie, et la vie vous sourira !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s